Livraison dans toute l'UE dans un délai de 24 à 72 heures

Panier d'achat

Le panier d'achat est vide

Connaissances

Comment le cannabis est-il devenu illégal ?

28.janvier 2021 | Manuela

Panneau de prohibition avec une feuille de cannabis au milieu en rose sur fond bleu

Quiconque opère en tant qu'entreprise de cannabis en 2021 devra tôt ou tard faire face aux moulins de la justice. Pourquoi est-ce toujours le cas ?

Sur la piste de la législation sur le cannabis

Au cours des dernières décennies, nous avons heureusement connu une vague de libéralisation, mais la législation actuelle est encore envahie par des excès démodés. Comment sont-ils apparus ? Comment une plante utile et médicinale tant vantée est-elle devenue une drogue diabolisée ? Si l'on veut comprendre la législation actuelle sur le cannabis, il faut remonter quelques décennies dans le passé pour trouver la source des excroissances indésirables.

Le chanvre est venu pour rester

Dans une quarantaine de pays, il est au moins stipulé par écrit que le traitement du cannabis est passible de la peine de mort. Dans au moins huit d'entre elles, elle est toujours activement appliquée en ce qui concerne les infractions liées au cannabis (en 2017). Des législations diamétralement opposées aux débuts de l'histoire humaine avec le cannabis.

Pendant des milliers d'années, la plante a surfé sur une vague de succès. Cette plante robuste s'est répandue presque partout dans le monde et, chose remarquable, elle est restée là où elle est arrivée. Grâce à ses nombreux usages, il a pu s'intégrer aux cultures locales.

Nous trouvons le premier interdit survivant au 14e millénaire dans la péninsule arabique. Malheureusement, on ne sait rien de son passé. Napoléon interdit à ses soldats de fréquenter les cafés de hash égyptiens. La confrontation avec les effets intoxicants du cannabis a conduit à des restrictions locales. Mais elle est restée sur des cas individuels. Si vous cherchez la grande rupture, vous vous retrouverez au 20e siècle.

En route pour le pays de la liberté ! - Comment l'Amérique a influencé la législation sur le cannabis

Quiconque parle de la répression du cannabis doit parler des États-Unis d'Amérique. Ici aussi, le chanvre a pris un bon départ. Les premiers colons ont dû céder un quart de leur superficie à cette culture. La Déclaration d'indépendance est écrite sur du papier de chanvre et le premier président, George Washington, était un cultivateur de chanvre.

Nous rencontrons la première réglementation en 1906, lorsque le président en exercice Theodor Roosevelt signe le "Pure Food and Drug Act". Une loi pour contrôler le commerce. Les consommateurs devraient être mieux protégés par des déclarations de produits et l'introduction d'obligations de prescription. Le cannabis doit être déplacé dans la section des plantes toxiques des livres de médecine.

L'échec de la prohibition de l'alcool est synonyme d'échec pour le cannabis

Nous sommes en 1933, et la "Noble Expérience", la prohibition américaine de l'alcool, a échoué, provoquant surtout une chose : le crime. Le Bureau fédéral des stupéfiants, créé spécifiquement dans ce but, est en ruine. Son directeur, Harry Jacob Anslinger, souffre d'une dépression nerveuse. Ce fils d'immigrants germano-suisses est un ambitieux arriviste qui a pris la tête du Bureau en 1930. Son bureau avait perdu sa fonction centrale, ses fonctionnaires devenaient léthargiques, les pots-de-vin ne circulaient plus et la crise économique mettait les finances de l'État sous une pression croissante. La carrière d'Anslinger, le funambule de la politique, était sur le point de s'achever. Le Bureau des Stupéfiants avait besoin d'une nouvelle centrale !

Jusque-là, Anslinger et son agence n'avaient pratiquement pas eu affaire à cette herbe et les experts la classaient comme inoffensive. Mais Anslinger a trouvé une nouvelle mission et a mis en marche la machine de propagande. Ce qui s'ensuit est une chasse et une diabolisation sans précédent d'une drogue récréative inconnue jusqu'alors. Avec l'aide de rapports de police falsifiés et d'accusations absurdes, une plante médicinale est devenue en un rien de temps une drogue mortelle. Les reportages des journaux et les médias de divertissement étaient remplis d'histoires d'horreur absurdes.

Affiche du film Reefer Madness

Affiche de film Reefer Madness (1936)

Regardez la bande-annonce du film

Les consommateurs de cannabis sont des drogués des dalles !

Un exemple est le film de 1936 "Reefer Madness", dans lequel un groupe d'adolescents deviennent des junkies mortels après avoir consommé du cannabis. Le cannabis est devenu le produit phare de la scène de la drogue : un coup et vous êtes un junkie ! Ce n'est pas parce que de telles déclarations semblent complètement absurdes de nos jours que nous devons sous-estimer leurs implications. Combien de discussions modernes autour du cannabis parlent encore d'une drogue d'initiation ? Anslinger était un enfant de son temps et certainement pas l'inventeur de la répression, mais il a fondamentalement changé l'image du cannabis grâce à sa machinerie de propagande. Aujourd'hui encore, l'usine est entourée d'une aura de malveillance et de criminalité. Des déclarations sans aucune base scientifique sont devenues des canons sociaux. Ça te semble familier, n'est-ce pas ?

Le cannabis devient un bouc émissaire

Même à la fin du XIXe siècle, le cannabis était encore une culture indispensable. Les montagnes étaient escaladées avec des cordes en chanvre, les mers étaient naviguées avec des voiles en chanvre et le fil fin était fabriqué à partir de fibres de chanvre. Dans les années 1880, la société pharmaceutique allemande Merck a lancé deux médicaments à base de cannabis. Quelques années plus tard, le vent tourne. Le cannabis était de plus en plus instrumentalisé pour faire avancer d'autres intérêts. Qu'est-ce que ça veut dire ?

Prenons l'exemple de la "loi sur la ganja" de 1913 en Jamaïque : sous la pression de la population blanche et de l'Église protestante, la consommation et la possession de marijuana ont été interdites. Ce qui n'était pas une question politique auparavant est désormais instrumentalisé par une classe élitiste pour criminaliser une partie de la population. Un motif qui traversera désormais l'histoire du chanvre.

Un autre exemple peut être trouvé lors de la Conférence internationale sur l'opium de 1925 à Genève. Comme son nom l'indique, l'appel à une approche internationale réglementée en matière de drogues est devenu de plus en plus fort. Le cannabis n'était pas un problème jusqu'alors et 18 des 19 pays n'ont pas jugé nécessaire d'agir dans ce domaine. Seul le Portugal sort du rang et remarque le problème de "l'insubordination des Noirs après la consommation de cannabis" dans sa colonie en Angola. Cette "insubordination" était probablement plus due à l'occupation par une puissance coloniale, mais dans la rhétorique politique du Portugal, le cannabis fournissait une explication plus appropriée.

Le cannabis dans les griffes de l'économie

La chasse d'Anslinger contre le cannabis n'avait aucune base scientifique, mais elle a néanmoins été bien accueillie, notamment par une large coalition du monde des affaires. En 1937, la loi sur la taxe sur la marihuana est ratifiée et de nouvelles taxes sont imposées sur le cannabis en tant que matière première. Cette loi avait pour but de mettre à genoux la matière première qu'est le chanvre. L'industrie du coton a accueilli favorablement les nouvelles taxes pour la concurrence et les entreprises chimiques, telles que DuPont, pouvaient ainsi pousser le remplacement par des fibres artificielles.

La politique anti-cannabis américaine avait des partenaires de poids dans l'économie qui pouvaient tirer profit d'une politique répressive. La pression des associations commerciales contre le chanvre en tant que matière première allait bientôt s'étendre à l'arène internationale. Les États-Unis ont commencé à faire systématiquement pression sur les pays qui s'opposaient à la répression du cannabis. La puissance économique devait donner le ton au niveau international, en particulier en période de crise économique mondiale et pendant les turbulentes années de guerre.

Le cannabis comme moyen d'oppression des minorités

La prohibition du cannabis ne tient pas seulement compte de l'air du temps économique, mais aussi de la marginalisation des minorités. La machinerie de propagande du Federal Bureau of Narcotics s'est appuyée, selon un schéma familier, sur la criminalisation de segments désagréables de la population et a touché le pouls de l'époque. Ainsi, on disait que "les Afro-Américains fumeurs de cannabis violent les femmes blanches" ou que "les Latinos fumeurs de marijuana séduisent les jeunes Américains innocents".

Le cannabis est devenu le kérosène du racisme domestique américain. Un mécanisme que les titulaires de mandats ultérieurs ont également utilisé à maintes reprises. Richard Nixon, par exemple, a signé la loi sur les substances contrôlées en 1970. Cette signature place le cannabis au même niveau que l'héroïne et la cocaïne. Cela s'est produit dans le climat des manifestations anti-guerre des années 70. Le mouvement de protestation, composé principalement de hippies et d'Afro-Américains refusant le service, pourrait ainsi être sapé. Encore une fois avec l'aide du bouc émissaire qu'est le cannabis.

La polémique au lieu de la science dans la politique du cannabis

Pourquoi la politique du cannabis du 20ème siècle peut-elle être identifiée comme polémique ? A la lecture des lignes précédentes, on pourrait parfois accuser les auteurs d'une attitude tendancieuse, car la marijuana reste une drogue enivrante ! C'est peut-être vrai, mais les auteurs soulignent que les décisions fondamentales en faveur de la répression du cannabis n'étaient pas fondées sur des principes scientifiques.

À partir des années 1970 au plus tard, le cannabis a été assimilé à l'héroïne dans les poursuites pénales. Et ce, malgré le fait que la dépendance physique à la marijuana ne pouvait être prouvée. La possession de cannabis est devenue un délit et sa consommation, dans l'opinion publique, un facteur de violence et de dégradation sociale. Les objections aux polémiques sur le cannabis, telles que celles de l'American Medical Association, qui jugeait le cannabis largement inoffensif, ont été ignorées. Les études qui ne se conformaient pas à la tendance générale étaient écartées. On en trouve un exemple frappant dans les années 1940 : 

Le maire de New York de l'époque, Fiorella La Guardia, a nommé une commission de scientifiques pour évaluer les aspects médicaux, sociologiques et psychologiques de la consommation de cannabis dans la ville de New York. La commission a conclu qu'il n'y a pas de lien entre la criminalité et le cannabis, pas de lien avec l'agressivité ou le comportement antisocial, pas de preuve de changement de personnalité ou de surstimulation sexuelle. Le Bureau fédéral des stupéfiants a ignoré ces études, ainsi que de nombreuses autres. C'est ce fait qui rend la politique de l'époque en matière de drogues indigne de confiance. Elle était dépourvue de toute base scientifique. C'était un ensemble d'outils permettant d'atteindre d'autres objectifs.

Alors, quel est le rapport entre l'histoire du cannabis et la politique d'aujourd'hui ?

Alors, où cela nous mène-t-il, amateurs de cannabis et entrepreneurs du chanvre en 2021 ? Malheureusement, l'œuvre de Harry Jacob Anslinger jette des ombres sur notre époque. Ses polémiques ont été reprises en de nombreux endroits et il a joué un rôle de premier plan dans la rédaction de la Convention unique des Nations unies sur les stupéfiants de 1961. Au plus tard avec la question de la commercialisabilité des produits CBD, on prend soudainement conscience des implications des développements historiques décrits ici. Aussi pour nous. En 2021 également. Néanmoins, nous ressentons le dégel.

Ces dernières années, de nombreux pays du monde entier ont repensé leur politique en matière de cannabis. Les signes indiquent une libéralisation. C'est le dégel, mais 80 ans de propagande ne s'effaceront pas et le chanvre a encore un long chemin à parcourir pour atteindre sa place au soleil. Il est important d'être conscient des développements historiques sur lesquels se fonde la politique dominante en matière de cannabis. Nous devons aller vers l'avenir avec la science et la raison. Ce n'est que de cette manière que la plante médicinale qu'est le cannabis pourra à nouveau montrer tout son potentiel !

Grünkraft est fier de faire partie du cannabis réimaginé et continuera à éduquer pour chasser les derniers fantômes. Les défis auxquels notre entreprise de CBD est confrontée et la manière dont nous naviguons dans la jungle légale du cannabis seront révélés dans les prochains blogs.

Sources et autres liens

Partager l'article